EXTRAIT DU LIVRE DE LA SEPTIÈME CENTURIE DE MICHEL DUFRESNE (©)

PRÉFACE DE M. MICHEL NOSTRADAMUS A SES PROPHÉTIES

1. AD CÆSAREM NOSTRADAMUM FILIUM, Vie & felicité.

A CÉSAR NOSTRADAMUS, MON FILS, Vie et félicité.

NOTE: Le texte, ainsi qu'il apparaît à l'édition princeps, ne comporte aucune numérotation. Pour faciliter les références, nous avons reproduit celle que nous a léguée Anatole Le Pelletier, au siècle dernier. La version intégrale présentée ici a, quant à elle, été tirée de la réimpression des Prophéties de Nostradamus (Lyon 1557), publiée aux éditions Michel Chomarat, en 1993.

2. Ton tard aduenement Cesar Nostradame mon filz, m'afaict mettre mon long temps par continuelles vigilations nocturnes referer par escript, toy delaisser memoire apres la corporelle extinction de ton progeniteur, au cômun profit des humains, de ce que la diuine essence par Astronomiques reuolutions m'ont donné congnoissance.

Ton avènement tardif, César de Nostredame, mon fils, m'a contraint de consacrer de longues veilles à mettre par écrit, pour ton édification après ma disparition et pour le bien commun de l'humanité, ce que l'essence divine, par l'intemédiaire de la science du mouvement des astres, m'a révélé.

NOTE: César de Nostredame naquit au début de l'année 1554 puisque ce dernier écrivit plus tard: "Il arnva l'an d'après que Michel de Notredame me dédia, estant dans le bers, et mit au jour les Centuries...". Ce fils tant attendu était le premier que lui donnait son épouse, Anne Ponsarde, après sept années de mariage. Mais, de toute évidence, ce n'est pas à lui que s'adresserait véritablement cette préface, comme nous allons du reste l'établir un peu plus loin.

3. Et despuis qu'il à pleu au Dieu immortel que tu ne sois venu en naturelle lumiere dans ceste terrene plaige, & ne veulx dire tes ans qui ne sont encores acompaignez, mais tes moys Martiaulx incapables à receuoir dans ton debile entendement, ce que ie seray côtrainct apres mes iours definer:

Et puisqu'il a plu au Dieu immortel que tu ne naisses sur cette terre avec le savoir inné et que je ne désire pas te révéler le nombre d'années qu'il te faudra pour acquérir les connaissances requises, mais plutôt les mois martiaux nécessaires pour le faire, ce que tu n'es pas encore en mesure de comprendre en raison de ton faible entendement, lequel je serai contraint d'éclairer après mon extinction:

NOTE: À ce jour, l'expression "mois martial" n'a pas encore reçu d'interprétation satisfaisante. Plusieurs ont pensé au dieu Mars et aux longs labeurs d'un des futurs exégètes du mage. D'autres y ont vu les années de guerre devant précéder l'accomplissement de la prophétie. On sait que ces deux mots ont une telle signification pour Nostradamus qu'il jugerait opportun d'intervenir en temps propice pour en donner le sens.

4. veu qu 'il n'est possible te laisser par escript ce que seroit par l'iniure du temps obliteré: car la parolle hereditaire de l'occulte prediction sera dans mon estomach intercluse:

vu qu'il n'est pas possible de te laisser par écrit ce qui pourrait être altéré par l'injure du temps, car la parole héréditaire de la prédiction occulte disparaîtra avec moi:

NOTE: Par cette admission, l'auteur nous dit faire partie de la longue lignée de ceux qui ont été nantis du rôle de transmettre la tradition occulte. Il nous dit du même coup avoir amoindri son propos sur la nature et sur les aspects de ce don en raison du fait que le temps et les hommes en auraient éventuellement altéré la portée sacrée.

5. côsiderant aussi les aduentures de l'humain definement estre incertaines, & que le tout est regi & gouuerné par la puissance de Dieu inestimable, nous inspirant par baccante fureur, ne par l'imphatique monumêt, mais par astronomiques assertiôs

considérant aussi que les événements demeurent incertains et que le tout est régi et gouvemé par la puissance inestimable de Dieu qui nous inspire, non par l'hallucination, ni par le délire, mais plutôt par les vérités révélées par les astres

NOTE: Première allusion à la Somme théologique quant à la contingence des événements sur lesquels Dieu n'aurait pas encore arrêté sa décision.

6. Soli numine diuino afflati præsagiunt & spiritu prophetico particularia.

Ceux-là seuls qui sont inspirés par Dieu peuvent prédire les faits particuliers avec un génie prophétique.

NOTE: Adaptation d'une autre pensée de Thomas d'Aquin: "La prophétie, au sens vrai et absolu du mot, provient de l'inspiration divine" .

7. Combien que de long temps par plusieurs fois i'aye predict long temps au parauant, ce que despuis est aduenu, & en parhculieres regions, attribuant le tout estre faict par la vertu & inspiration diuine, & autres felices & sinistres aduentures de accelerée promptitude prononcées, que despuis sont aduenues par les climatz du monde:

Combien de fois ai-je prédit, longtemps à l'avance, ce qui depuis, est arrivé dans des régions données, attribuant le tout à la vertu et à l'inspiration divine, de même qu'autres heureux et sinistres événements écrits avec empressement et qui, depuis, se sont produits dans le monde:

NOTE: Il faut croire que Nostradamus avait déjà acquis une certaine réputation de prophète avant la parution de ses Centuries puisqu'il prétendait déjà à la paternité de prédictions justes. Malheureusement pour nous, elles n'ont pas franchi les siècles comme l'ont fait ses énigmatiques quatrains.

8. ayât volu taire & delaissé par cause de l'iniure, & non tant seulement du temps present, mais aussi de la plus grande part du futur de mettre par escript pour ce q les regnes, sectes, & religions feront changes si opposites, voire au respect du present diametralement,

ayant voulu taire et ne pas mettre par écrit, pour ne pas subir l'injure, non seulement du temps présent mais aussi de la plus grande part de l'avenir, ce que les royaumes, sectes et religions modifieraient dans un sens diamétralement opposé,

NOTE: Nostradamus craignait non seulement les gens de son temps, mais également ceux de son futur, pour les manipulations coupables ou fausses interprétations de ses textes.

9. que si ie venois à referer ce que à l'aduenir sera, ceulx de regne, secte, religion, & foy trouueroient si mal accordant à leur fantasie auriculaire, qu'ilz viedroiêt à damner, ce que par les siecles aduenir on congnoistra estre veu & apperceu.

que si je venais à révéler ce qui adviendra aux royaumes, aux sectes et à l'Église, ceux-ci trouveraient mes propos si contraires à leur entendement qu'ils en viendraient à nier ce qui, dans les siècles à venir, arrivera et sera reconnu comme véritable.

NOTE: Sa crainte de voir son oeuvre altérée vise surtout les monarques temporels, la curie romaine et les grands réformateurs de la Foi.

10. Considerant aussi la sentence du vray Sauueur: Nolite sanctum dare canibus nec mittatis margaritas ante porcos ne conculcent pedibus & conuersi dirumpant vos. Qui à esté la cause de faire retirer ma langue au populaire, & la plume au papier,

· Considérant également la maxime du vrai Sauveur: "Ne donnez pas les choses saintes aux chiens et ne jetez pas les perles aux pourceaux de peur qu'ils ne les foulent aux pieds et que, se tournant contre vous, ils ne vous déchirent", j'ai jugé bon de rendre mes écrits difficiles d'accès et de retirer ma plume du papier,

NOTE: Extrait du Sermon sur la montagne (Mathieu, VII, 6) "Ne donnez pas aux chiens ce qui est saint et ne jetez pas vos perles devant les porcs, de peur qu'ils ne les foulent aux pieds, et que, se retournant, ils ne vous déchirent "

11. puis me suis volu estendre declarant pour le cômun aduenemêt, par obstruses & perplexes sentêces les causes futures, mesmes les plus vrgentes, & celles que i'ay apperceu quelque humaine mutahon que aduiêne ne scandalizer l'auriculaire fragilité, & le tout escript soubz figure nubileuse, plus que du tout prophetique,

puis j'ai voulu m'étendre sur l'avènement du peuple, par des phrases obscures et énigmatiques, sur les événements à venir, même les plus imminents, que j'ai entrevus, quelle que soit la réaction des gens, le tout composé sous forme nébuleuse, plus que toutes les autres prophéties écrites,

NOTE: Par cette première allusion à l'avènement du commun Nostradamus ne pourrait s'être mieux exprimé pour annoncer dans un même élan, la Révolution française de 1789 et sa résultante russe, à l'aube du XXe siècle. Il est du reste intéressant de mettre en parallèle ce commentaire avec le texte du troisième quatrain de la première Centurie.

12. combiê que Abscondisti hæc à sapientibus, & prudentibus, id est. potentibus & regibus, & enucleasti ea exiguis & tenuibus, & aux Prophetes: par le moyen de Dieu immortel & des bôs anges ont receu I'esprit de vaticination, par lequel ilz voyent les causes loingtaines, & viennent à preuoir les futurs aduenemêts:

combien "tu as caché ces choses aux sages et aux prudents, c'est-à-dire aux puissants et aux rois, mais tu les as révélées aux petits aux faibles", et aux prophètes qui, par l'intervention du Dieu immortel et des bons anges, ont reçu le don de vaticination, par lequel ils voient les choses futures et parviennent à prédire les événements:

NOTE: Extrait de l'Évangile de saint Mathieu (XI, 25): "Je vous bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que vous avez caché ces choses aux sages et aux prudents. et les avez révélées aux simples..."

13. car rien ne se peult paracheuer sans luy, ausquelz si grande est la puissance & la bonté aux subiectz, quependant qu'ilz demeurent en eulx, toutesfois aux autres effectz subiectz, pour la similitude de la cause du bon genius, celle chaleur & puissance vaticinatrice s 'approche de nous: comme il nous aduient des rayons du Soleil, qui se viennent gettans leur influêce aux corps elemêtaires (& non elementaires).

car rien ne peut se parachever sans lui, auxquels (les bons anges) si grande est la puissance et la bonté envers les sujets (de Dieu), que pendant qu'ils sont en eux, toutes les fois où ils sont soumis aux autres effets se rapprochant de la cause de ce qui préside à la vie, cette chaleur et cette puissance viennent en nous comme il en va des rayons du Soleil transmettant leur chaleur aux corps élémentaires (et non élémentaires).

NOTE: Le complément "de Dieu" n'apparaît pas à l'édition de 1557 mais on le retrouve dans celle de 1558 (Pierre Rigaud). Quant à la dernière partie de l'alinéa, elle constitue sans doute un rappel des écrits de saint Augustin où il est écrit: "On voit les images des corps qui sont produites dans l'âme comme on perçoit les corps en réalité...". Enfin, il semble que l'avenir ne soit pas aussi inaccessible qu'on le conçoit généralement, puisque les effets procéderaient tout simplement des causes, comme a d'ailleurs tenté de nous en convaincre l'illustre Platon.

14. Quât à nous qui sommes humains, ne pouuons rien de nostre naturelle congnoissance & inclination d'engin, congnoistre des secretz obstruses de Dieu le Createur. Quia non est nostrum noscere tempora, nec momenta etc.

Quant à nous, humains, nous ne pouvons rien connaître, ni à partir de notre savoir, ni de notre intelligence, des secrets cachés par Dieu le Créateur, "car ce n'est pas à nous de connaître les temps, ni les moments".

NOTE: Nostradamus paraphrase ici saint Marc (XIII 32): "Quant à ce jour et à l'heure, nul ne les connaît, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils, mais le Père."

15. Combien que aussi de present peuuêt aduenir & estre personnaiges, que Dieu le Createur aye voulu reueler par imaginatiues impressions, quelques secretz de l'aduenir, accordés à l'astrologie iudicielle, côme du passé, que certaine puissance & volontaire faculté venoit par eulx, comme flambe de feu apparoit, que luy inspirant, on venoit à iuger les diuines & humaines inspirations.

Combien aussi que, dès le moment présent, peuvent nous être montrés des personnages que Dieu le Créateur a voulu révéler à l'aide d'images engendrées par l'imagination créatrice, nous révélant ainsi quelques secrets de l'avenir accordés à l'astrologie judiciaire, comme il en était par le passé, où une certaine puissance ou faculté volontaire venait en eux comme la flamme du feu apparaît et que, par l'inspiration, on pouvait arriver à séparer celles qui sont d'origine divine de celles qui sont humaines.

NOTE: Par cette explication à peine voilée, Nostradamus nous ramène aux antiques pratiques divinatoires de la Chaldée, de l'Égypte, de l'Asie Mineure et de la Grèce. Son insistance sur l'astrologie judiciaire nous porte du reste à croire qu'il considérait cet art comme essentiel à la connaissance et à la compréhension des principes de la Révélation inspirée.

16. Car les oeuures diuines, que totallement sont absoluës, Dieu les vient paracheuer: la moyenne qui est au millieu les Anges: la troisiesme, les mauuais.

Car les oeuvres divines, qui sont toutes absolues, Dieu vient les parachever: le second plan qui est au milieu, les Anges; le troisième, les mauvais (anges).

NOTE: Saint Thomas d'Aquin avait écrit: "Au-dessus de l'intelligence humaine se trouve, non seulement l'intelligence divine, mais aussi selon l'ordre de la nature, celle des bons et des mauvais anges..."

17. Mais mon filz, ie te parle icy vn peu trop obstrusernent::

Mais, mon fils, je te parle ici de façon trop confuse:

NOTE: Court prélude à l'explication que l'auteur veut donner de sa compréhension de la divination inspirée.

18. mais quant aux occultes vaticinations que on vient à receuoir par le subtil esperit du feu qui quelquefois par l'entendement agité, contemplant le plus hault des Astres comme estant vigilant, mesme que aux prononciations estant surprins escriptz, prononcant sans crainte moins attaint d'inuerecûde loquacité: mais guoy? tout procedoit de la puissance diuine du grand Dieu eternel, de qui toute bôté procede.

mais quant aux prédictions occultes que l'on vient à percevoir par l'esprit subtil du feu, celui qui quelquefois, par son esprit surexcité, tout en étant vigilant et contemplant l'astre au zénith, est surpris de la consonance des mots prononcés et écrits sans contrainte, sans verbiage impudent, ce qui procède de la puissance du grand Dieu éternel de qui vient toute bonté.

NOTE: L'esprit subtil du feu réfère sans doute au premier quatrain où il écrivit "Flamme exiguë sortant de solitude" pour parler de la représentation terrestre de la lumière spirituelle. Quant à la mention faite du plus haut des astres, Nostradamus veut nous faire comprendre comment il lui était possible d'accorder un moment précis à ce qui lui était révélé. Enfin, la dernière partie traite de l'intervention divine sans laquelle il n'aurait pu accomplir ses prodiges.

19. Encores, mon filz, que i'aye inseré le nom de prophete ie ne me veux attribuer tiltre de si haulte sublimité, pour le temps present: car gui propheta dicitur hodie, olim vocabatur videns: car prophete propremêt mon filz, est celuy qui voit choses loingtaines de la côgnoissance naturelle de toute creature.

Encore, mon fils, que j'aie employé le nom de prophète, je ne veux pas m'attribuer un titre si sublime pour le présent car celui "qu'on appelle aujourd'hui prophète était autrefois appelé voyant": car est réellement prophète, mon fils, celui qui voit les choses futures par la connaissance naturelle donnée à toute créature.

NOTE: Référence au 2e Livre des Rois (XVII, 13): "Yahweh rendit témoignage contre Israël et contre Juda par tous ses prophètes, par tous les voyants, en disant: "Revenez de vos mauvaises voies, et observez mes commandements et mes ordonnances, en suivant toute la loi que j'ai prescrite à vos pères et que je vous ai envoyée par l'organe de mes serviteurs les prophètes."" Le dialogue de Timée (Platon), repris par Bouché-Leclercq, nous dit en outre: "Lorsque Dieu a parlé, par un organe inconscient ou du moins soustrait en partie à sa propre initiative, les paroles inspirées sont commentées, avec les lumières de la raison, par un "prophète" qu'il ne faut pas confondre avec un "devin". Le devin, au contraire, interprète, par voie d'hypothèse, des signes dont bon nombre peuvent n'avoir aucun caractère surnaturel "

20. Et cas aduenant que le prophete, moyennant la parfaicte lumiere de la prophetie, luy appaire manifestement des choses diuines, comme humaines que ce ne peult faire, veu les effectz de la future prediction s'estêdent loing.

Dans l'éventualité où le prophète verrait, de façon précise, toute l'étendue du futur, autant des choses divines qu'humaines, ce qui ne peut se faire, vu que la portée de la prédiction s'étend sur une longue période.

NOTE: L'idée de Nostradamus reflète la pensée de saint Thomas d'Aquin, qui écrivit: "Il n'est donc pas requis qu'ils connaissent toutes les vérités prophétiques, mais chaque prophète n'en saisit que quelques-unes, suivant la révélation spéciale qui lui en est faite."

21. Car les secretz de Dieu sont incomprehensibles, & la vertu effectrice contingent de longue estendue de la congnoissance naturelle, prenêt leur plus prochain original du liberal arbitre, faict apparoir les causes qui d'elles mesmes ne peuuent acquerir celle notice pour estre cognues, ne par les humains augures, ne par autre congnoissance ou vertu occulte, comprinse soubz la concauité du ciel, mesme du faict present de la totale eternité, que vient en soy embrasser tout le temps.

Car les secrets de Dieu sont incompréhensibles et la vertu effective est, depuis longtemps, contingente à la connaissance innée ou naturelle qui prend sa plus lointaine origine dans le libre arbitre et fait apparaître les causes qui, d'elles-mêmes, ne peuvent posséder cette notion, ni être connues par les augures des hommes ou par le savoir occulte, et qui est comprise sous la voûte du ciel qui contient le présent et toute l'éternité, venant en soi embrasser tout le temps.

NOTE: Puisque chaque être humain naîtrait, à la fois, avec certaines prédispositions favorables ainsi qu'avec les limites inhérentes à sa condition, il lui serait donc impossible d'obtenir une vue d'ensemble du spectre de la lumière divine qui comprend les trois temps: le passé, le présent et l'avenir.

22. Mais moyennant quelque indiusible eternité par comitiale agitation Hiraclienne les causes par le celeste mouuement sont côgneuës.

Mais, en dépit du fait que l'éternité soit indivisible, l'état de transe proche de la crise épileptique peut amener les causes, avec l'aide du mouvement des astres, à être connues.

NOTE: Malgré l'assertion qui veut que l'éternité constitue une entité indissociable dans ses éléments, il serait possible, grâce à l'étude du mouvement des astres, de jeter un oeil sur ce que réserve sa composante liée au futur. Par ailleurs, l'allusion de Nostradamus à l'état "d'enthousiasme" nous ramène bien sûr à la pythie qui, avant de prononcer ses oracles, se conditionnait par un état de transe voisin de la crise convulsive. Le laurier sacré, le trépied d'airain et le rituel purificatoire par l'eau ne seraient donc pas totalement étrangers à ce propos.

23. Ie ne dis pas mon filz afin que bien l'entendes que la congnoissance de ceste matiere ne se peut encores imprimer dans ton debile cerueau que les causes futures bien loingtaines, ne soient à la congnoissance de la creature raisonable: si sont nonobstant bonnement la creature de l'ame intellectuelle des causes presentes loingtaines, ne luy sont du tout ne trop occultes, ne trop reserées:

Je ne dis pas, mon fils, afin que tu le comprennes bien, que la connaissance en cette matière ne peut encore s'imprégner dans ton faible cerveau et que les événements lointains du futur ne peuvent être connus de l'être raisonnable; mais que si ces causes sont portées à l'attention de l'homme intelligent, les événements du futur proche ne lui sont ni trop cachés ni trop accessibles.

NOTE: Par cette parenthèse, Nostradamus nous dit que certains faits du futur ne sont ni cachés obscurément ni trop accessibles, d'où il résulte que l'être raisonnable peut y accéder, un peu comme s'il s'agissait d'une faculté naturelle à découvrir en soi.

  1. mais la parfaicte des causes notices ne se pealt acquerir sans celle diuine inspiratiô: veu que toute inspiration prophetique recoit prenant son principal principe mouant de Dieu le createur, puis de l'heur. & de nature.

mais la parfaite connaissance des causes ne peut s'acquérir sans cette révélation divine, vu que toute inspiration prophétique reçue prend son principe moteur de Dieu le créateur, puis du destin et de la nature.

NOTE: À nouveau, l'auteur insiste sur l'importance de la participation divine dans cette quête du futur. En associant la nature à ce principe, Nostradamus nous ramène donc aux grandes lois de l'Harmonie universelle, concept et représentation humaine de l'Être suprême.

25. Parquoy estant les causes indifferantes indifferentement produictes nô produictes, le presaige partie aduient ou à esté predit.

Vu les causes identiques, qu'elles se soient produites ou non, le présage se réalise quand même, en partie, à l'endroit où il a été prédit.

NOTE: Les mêmes causes devant engendrer les mêmes effets, il va de soi que si les événements résultant de causes similaires ne s'avèrent pas identiques, il n'empêche que la prophétie demeure véridique, du moins en partie.

26. Car l'entendement crée intellectuellemêt ne peult voir occultement, sinô par la voix faicte au Iymbe, moyennant la exigue flâme, en laquelle partie les causes futures se viendront à incliner.

Car l'entendement créé intellectuellement ne peut voir ce qui est caché, sinon par la voix entendue des limbes, moyennant la petite flamme par laquelle, en partie, les causes futures viendront s'incliner.

NOTE: Les limbes étant par définition l'endroit où séjournaient les âmes des justes avant la venue du Christ et, depuis, celui des âmes des non-baptisés, il faut croire que les voix de ces laissés-pour-compte ajouteraient à la petite flamme de l'antre du prophète dans cette prise de connaissance.

27. Et aussi mou filz, ie te supplie q iamais tu ne vueilles emploier ton entendement à telles resueries & vanités, qui seichêt le corps, & mettent à perdition l'ame, dônât trouble au foible sens: mesmes la vanité de la plus que execrable magie, reprouuée iadis par les sacrées escriptures & par les diuins canons,

Aussi, mon fils, je te supplie de ne jamais employer ton cerveau à ces rêveries et vanités qui assèchent le corps et mettent l'âme en état de perdition, troublant ceux dont le sens est déjà fragile, même la vanité de la très exécrable magie réprouvée jadis par les Saintes Écritures et par les lois divines,

NOTE: Nostradamus fustige ici certaines des pratiques divinatoires qui avaient cours à son époque, peut-être pour éloigner de lui l'Inquisition et le bûcher qui menaçait alors quiconque sortait un tant soit peu de l'étroit sentier tracé par Rome.

28. au chef duquel est excepté le iugement de l'astrologie iudicielle: par laquelle & moyennât l'inspiration & reuelation diuine par côtinuelles supputations, auôs noz prapheties redigé par escript.

au chef desquels est exclu le jugement de l'astrologie judiciaire, par laquelle et moyennant l'inspiration et la révélation divines, par d'interminables calculs, nous avons rédigé nos prophéties.

NOTE: L'astrologie judiciaire n'avait pas encore été condamnée par Rome au moment où Nostradamus écrivit ces lignes, mais elle le fut à la conclusion du Concile de Trente, en 1564, quelque deux ans avant sa mort.

29. Et côbien que, celle occulte Philosophie ne fusse reprouuée, n'ay onques volu presenter leurs effrenées persuations: côbien que plusieurs volumes gui ont esté cachés par long siecles ne sont estés manifestés.

Et bien que cette occulte philosophie ne soit pas réprouvée, je n'ai pas voulu élaborer sur son énorme pouvoir de persuasion, bien que plusieurs livres révélateurs, cachés pendant de longs siècles, me soient tombés entre les mains.

NOTE: Nostradamus aurait donc consulté certains manuscrits séculaires, se rapportant à l'astrologie judiciaire desquels il aurait tiré sa science.

30. Mais doutant ce qui aduiendroit en ay faict apres la lecture, present à Vulcan, que ce pendaut qu'il les venoit à deuorer la flâme leschant l'air rendoit vne darté insolite, plus claire que naturelle flamme, comme lumiere de feu de clistre fulgurant illuminant subit la maison, comme si elle fust esté en subite conflagration.

Mais redoutant ce qui adviendrait, après la lecture, j'en ai fait présent à Vulcain, et pendant qu'il les dévorait, la flamme les léchant, l'air prit une clarté insolite, plus claire que la flamme normale, comme la lumière du fulgurant tonnerre illuminant subitement la maison, comme si elle eût été au centre d'une conflagration.

NOTE: En dépit de ce geste inavouable, il faut comprendre que Nostradamus ne faisait que se conformer aux directives de l'Église qui, elle-même, brûlait avec zèle tout ce qui pouvait menacer la foi traditionnelle.

31. Parquoy afin que à l'aduenir ne fusses abusé, perscrutant la parfaicte trâsformation, tant seline solaire, & soubz terre metaulx incorruptibles & aux vndes occultes, les ay en cendres conuertis

Et afin que dans l'avenir tu ne sois pas abusé, recherchant la` transmutation parfaite, tant en argent qu'en or, fouillant la terre et les mers pour les métaux incorruptibles, j'ai préféré les convertir en cendres

NOTE: Selon ce qu'il nous dit, ces antiques manuscrits auraient également porté sur l'alchimie et sur les pratiques condamnables dont il fut question à l'alinéa 27, ce qui apporterait une certaine justification à son geste coupable.

32. Mais quât au iugement qui se vient paracheuer moyênât le iugement celeste, cela te veulx ie manifester: parquoy auoir congnoissance des causes futures, reiectât loing les fantastiques imaginations qui aduiendront, limitât la particulanté des lieux, par diuine inspiration supernaturelle:

Mais quant au jugement qui se vient compléter moyennant l'assentiment du ciel, cela je veux bien te le manifester; pour avoir connaissance des causes futures, éloignant les imaginations relevant du fantasme qui ne manqueront pas de se produire, délimitant les particularités des lieux, par inspiration divine et surnaturelle,

NOTE: Nostradamus prend grand soin de nous prémunir contre l'intervention inopinée des sens dans l'acquisition de la connaissance prophétique.

33. acordant aux celestes figures, les lieux & vne partie du temps de proprieté occulte par vertu, puissance, & faculté diuine: en presence a laguelle les trois temps sont comprins par eternité, reuolution tenant à la cause passée presente & future: quia omnia sunt nuda et aperta etc.

accordant aux astres du ciel les lieux et une partie du temps caché par vertu, puissance et faculté divines, en présence desquelles les trois temps sont compris dans l'éternité, le mouvement de révolution de ceux-ci se rapportant à l'événement passé, présent et futur: "parce que toutes ces choses sont nues et découvertes, etc."

NOTE: L'auteur nous dit avoir été en mesure d'établir les lieux et les moments à partir de calculs se rapportant au mouvement des astres du ciel. Comme seuls la Lune et le Soleil ont un rapport quelconque avec la mesure du temps, il faut donc croire que sa technique aurait un certain rapport avec les calendriers et leurs assises. Quant à la citation donnée, elle aurait été tirée de l'épître de saint Paul aux Hébreux (IV, 13): "Nulle créature n'est cachée devant lui, mais tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte."

34. Parquoy mon filz tu peulx facilement (nonobstant ton tendre cerueau) compredre, que les choses qui doiuent aduenir, se peuuent prophetiser par les nocturnes & celestes lumieres, que sont naturelles, & par l'esprit de prophetie

C'est pourquoi, mon fils, tu peux facilement (en dépit de ton faible entendement) comprendre que les choses qui doivent advenir peuvent être prophétisées par la lumière des astres qui est naturelle de même que par l'esprit de prophétie

NOTE: L'expression entre parenthèses ne figure; pas dans l'édition de 1557, mais elle apparaît par contre dans celle de Pierre Rigaud (1558?). Il faut toutefois convenir qu'elle n'ajoute guère au contenu, si ce n'est pour nous rappeler les limites du disciple de prédilection visé par cette lettre. Enfin, l'argument principal ne fait qu'établir que les astres ont comme fonction principale de reproduire la lumière intrinsèque de l'essence divine.

35. non que ie me vueille attribuer nomination ny effect prophetique, mais par reuelée inspiratiô, comme hôme mortel, esloigné non moins de sens au ciel, q des piedz en terre.

non que je veuille m'attribuer le nom et la qualité de prophète, mais par l'inspiration révélée, comme homme mortel pas moins éloigné du ciel par mes sens que j'ai les pieds bien ancrés au sol.

NOTE: Rappel de l'alinéa 18 à I'effet qu'il préfère se voir accorder l'appellation " voyant " plutôt que " prophète ", pour laquelle il avoue se sentir indigne.

36. Possum non errare falli decipi: suis pecheur plus grand que nul de ce monde, subiect a toutes humaines afflictions

"Je ne peux donc me tromper, ni faillir ni être abusé", bien que je sois pécheur plus grand que nul en ce monde et sujet à toutes les afflictions humaines.

NOTE: Acte d'humilité qui rappelle Thomas d'Aquin: "La prophétie exige, en effet, une très grande élévation de l'esprit, pour contempler les réalités spirituelles; or, à cela s'oppose la véhémence des passions ou la préoccupation désordonnée des réalités extérieures..."

37. Mais estant surprins parfois la sepmaine limphatiguant, & par longue calculation, rendât les estudes nocturnes de souefue odeur: ie a composé liures de propheties, côtenât chascun cent quatrains astronomiques de propheties, lesquelles i'ay vn peu voulu rabouter obscurement sont perpetuelles vaticinations, pour d'icy à l'année 3797.

Mais étant parfois surpris, la semaine, en état d'extase el absorbé dans de longs calculs rendant aux études nocturnes une suave odeur, j'ai composé des livres divinatoires contenant chacun cent quatrains de prophéties relevant de l'astrologie judiciaire, lesquelles j'ai voulu mettre bout à bout de façon obscure et qui constituent des vaticinations perpétuelles d'ici l'an 3797.

NOTE: Ces précisions s'avèrent d'une importance capitale puisque l'auteur concède que chacune des Centuries devrait contenir exactement cent quatrains, tous établis sur la base des connaissances propres à l'astrologie judiciaire. Il nous dit également avoir "rabouté obscurément" ses prophéties en les présentant dans un ordre qui, quoique obscur, n'en demeure pas moins déchiffrable. Enfin, il précise que ses visions nous mènent jusqu'à l'an 3797 de l'ère chrétienne.

38. Que possible fera retirer le front a quelques vns, en voyant si longue extension, & par soubz toute la concauité de la Lune aura lieu & intelligêce: & ce entendât vniuersellement par toute la terre (les causesJ mon filz. Que si tu vis l'aage naturel & humain, tu verras deuers ton climat au propre ciel de ta natiuité, les futures aduentures preuoir.

Qu'il est possible que cela fasse reculer le front à quelques-uns en voyant si longue extension, et partout, sous la concavité de la Lune, cela aura lieu et sera compris; et par cela j'entends universellement, par toute la terre (les causes), mon fils. Que si tu vis l'âge normal de l'humain, tu verras dans le ciel de ton coin de pays, au propre ciel de ta naissance, les événements du futur qui y sont annoncés.

NOTE: L'expression donnée entre parenthèses fut introduite par l'édition de Pierre Rigaud. Par ailleurs, il ne fait aucun doute que son disciple de prédilection devrait être contemporain à plusieurs des grands événements (les causes), mais seulement si Dieu décide de lui accorder la longévité normale dévolue à l'âge humain.

39. Combien que le seul Dieu eternel, soit celuy seul qui congnoit l'eternité de sa lumiere, procedant de luy mesmes:

Car l'unique Dieu éternel est le seul qui connaisse l'éternité de sa lumière, puisqu'elle procède de sa personne:

NOTE: Nostradamus tient à ajouter que l'échéance fixée (an 3797) pourrait être changée puisque Dieu se réserve toujours le droit d'agir sur les temps et les moments (allusion à l'alinéa 14).

40. & ie dis franchement que à ceulx à qui sa magnitude immêse (qui est sans mesure & incôprehensible), ha volu par longue inspiration melâcoligue reueler, que moyênât icelle cause occulte manifestée diuinement: principallement de deux causes (principales), qui sont comprinses à l'entendement de celuy inspiré, qui prophetise, l'vne est que vient à infuser esclarcissant la lumiere supernaturelle, au personaige qui predit par la doctrine des Astres, & prophetise par inspiree reuelatiô laquelle est vne certaine participation de la diuine eternité, moyennant le prophete vient à iuger de cela que son diuin esperit luy à donné, par le moyen de Dieu le createur, & par vne naturelle instigation:

et je dis franchement à ceux à qui il a voulu révéler sa grandeur (qui est incommensurable et incompréhensible) par longue inspiration mélancolique, qu'à condition que cette cause occulte soit manifestée par l'intervention divine: essentiellement, de deux causes (principales) qui font partie intégrante de l'entendement de celui qui est inspiré et qui prophétise, l'une vient infuser l'intelligence de la lumière surnaturelle à celui qui prédit par la science des astres et prophétise par la révélation inspirée, laquelle constitue une certaine participation à l'éternité divine, à condition que le prophète comprenne que ce que lui a révélé son esprit lui vient du Créateur, l'autre (qui provient) de ses prédispositions naturelles:

NOTE: Nostradamus réaffirme l'absolue nécessité de l'intervention divine dans la prophétie révélée, mais insiste à la toute fin sur les prédispositions naturelles que doit posséder le voyant afin d'agir comme intermédiaire privilégié entre Dieu et les hommes.

41. c'est assauoir ce qu'il predit estre vray, & à pris son origine etheréement: & telle lumiere & flambe exigue est de toute efficace & de telle altitude, non moins que la nature, la clarté, & naturelle lumiere rend les philosophes si asseurés, que moyennât les principes de la premiere cause ont attainct à plus profondes abysmes de plus haultes doctrines.

c'est à savoir que ce qu'il prédit est vrai et a pris son origine de façon éthérée et de telle lumière et flamme exiguë qui est de toute efficacité et de telle grandeur; non moins que la nature, la clarté et la lumière naturelle qui rend les philosophes si sûrs d'eux-mêmes, compte tenu que les principes de la cause première ont atteint les plus profonds abîmes des plus hautes doctrines.

NOTE: Pour lui, la lumière éclairant l'intelligence du prophète est aussi naturelle que celle qui révèle aux philosophes l'argumentation militant en faveur des concepts les plus ardus de leur science.

42. Mais à celle fin mon filz que ie ne vague trop profondement pour la capacité future de tô sens, & aussi que ie trouue que les lettres feront si grâde & incomparable iactuse que ie trouue le môde auant l'vniuerselle conflagratiô aduenir tant de deluges & si hautes inondations, qu'il ne sera guieres terroir qui ne soit couert d'eau & sera par si lôg temps que hors mis enographies & topographies, q le tout ne soit pery:

Mais, à cette fin, mon fils, que je ne spécule pas trop sur la capacité future de ton entendement, et puisque je sais que la littérature fera si grande et incomparable jactance sur ma vision du monde avant la conflagration universelle à venir, qui a trait à tant de déluges et à de si grandes inondations qu'il n'y aura guère de territoires qui ne seront couverts d'eau et ils le seront si long temps, exception faite de quelques lieux, que tout aura été détruit:

NOTE: Ce nouveau déluge destructeur fait également l'objet de commentaires dans l'épître à Henry II, roi de France. Nous y reviendrons au moment où nous tenterons la fusion des deux textes.

43. aussi auât telles & apres inundutiôs, en plusieurs contrées les pluyes seront si exigues, & tombera du ciel si grâde abondance de feu, & de pierres candêtes gui ny demourera rien qu'il ne soit côsummé: & cecy aduenir, en brief & auant la derniere conflagratiô.

aussi, avant et après de telles inondations, en plusieurs contrées, les pluies seront si rares et il tombera du ciel si grande abondance de feu et de pierres incandescentes qu'il ne demeurera rien qui ne soit consumé: ceci arrivera, en bref, avant la dernière conflagration.

NOTE: Les inondations annoncées à l'alinéa 42 devraient être précédées et suivies d'interminables sécheresses, accompagnées d'éruptions volcaniques. De plus, ces cataclysmes ne constitueraient que quelques-uns des signes avant-coureurs de la "grande conflagration".

  1. Car encores que la planette de Mars paracheue son siecle, & à la fin de son dernier periode, si le repreêdra il mais assemblés, les vns en Aquarius par plusieurs années, les autres en Cancer parplus longues continues.

Car avant que la planète Mars parachève son cycle et à la fin de sa dernière période, et si elle le recommence, assemblés les uns en Verseau pour plusieurs années, les autres en Cancer plus longtemps et plus souvent.

NOTE: Selon Richard Roussat (Livre de l'État et Mutation des Temps, 1550), sept cycles, d'une durée de 354 ans et 4 mois chacun, identifiés dans l'ordre aux astres que sont Saturne, Vénus, Jupiter, Mercure, Mars, la Lune et le Soleil, se succèdent pour engendrer notre grand cycle planétaire. Comme nous connaissons par lui le point de départ du dernier règne de la Lune (1534), nous pouvons donc tracer le portrait suivant des cycles passés et à venir: Lune (1534-1888); Soleil (1888-2242); Saturne (2242-2597); Vénus (2597- 2951); Jupiter (2951-3305); Mercure (3305-3659), Mars (3659 4013). Or, on constate que la dernière période contient l'année 3797, terme prévu des prophéties, ce qui justifie pleinement l'expression "avant que la planète Mars parachève son cycle". Par ailleurs, comme il mentionne la présence, pendant plusieurs années, de quelques planètes au sein des constellations du Verseau et du Cancer, il faut croire que le système solaire aurait alors connu d'importants bouleversements puisque, des satellites actuels du Soleil, seul Saturne séjourne présentement plus d'un an à l'intérieur d'un signe zodiacal donné.

45. Et maintenant que sommes conduictz par la lune, moyennât la totale puissance de Dieu eternel que auant gu 'elle aye paracheué son total circuit, le soleil viendra & puis Saturne.

Et maintenant que nous sommes conduits par la lune, grâce à la toute-puissance du Dieu éternel avant qu'elle (la Terre) ait accompli son grand cycle, le soleil viendra, puis Saturne.

NOTE: Comme nous l'avons vu à l'alinéa précédent, le dernier cycle de la Lune aurait débuté en 1534 et se serait terminé en 1888, année qui correspond également au point de départ de celui du Soleil.

46. Car selon les signes celestes le regne de Saturne sera de retour, q le tout calculé le monde, s'aproche, d'vne anaragonique reuolution:

Car, selon les signes célestes, le règne de Saturne sera de retour et, tout bien calculé, le monde s'approche d'une mutation destructrice.

NOTE: Selon Nostradamus, le recommencement du cycle de Saturne (2242 de l'ère chrétienne) devrait marquer l'amorce d'une période de grands changements, imputables au retour de ce grand cycle des sept astres régissant notre destinée.

47. & que de present que cecy i'escripz auant cent septate sept ans trois moys vnze iours par pestilence, longue famine, & guerres, & plus par les inundatios le môde entre cy & ce terme prefix, auant & apres par plusieursfoys, sera si diminué & si peu de môde sera, que lon ne trouuera q vueille prendre les châps qui deuiendront liberes aussi lôguemêt qu'ilz sont estés en seruitude:

et qu'à compter de la période où j'écris, avant cent soixante-dix-sept ans, trois mois et onze jours, par pestilence, longue famine et guerres, et encore plus par les inondations, le monde, entre le temps présent et le terme établi, avant et après, en plusieurs occasions, sera tant diminué et il y aura si peu de gens, que l'on ne trouvera personne qui veuille travailler aux champs; ils deviendront alors délaissés pour un temps aussi long que celui où ils auront été exploités.

NOTE: Par cette surabondance de précisions sur l'annonce d'événements devant s'échelonner sur plusieurs années (avant et après), l'auteur ne voulait certainement pas nous amener à considérer la période donnée comme tirant son origine de l'an 1555. On note d'ailleurs que celle-ci équivaut à peu près à la moitié d'un des cycles décrits précédemment (0.50052 X 354.3333 années) ce qui nous porte à croire que l'expression "de présent" viserait le départ du cycle suivant, soit l'année 1888 de notre ère. De ce fait, la période des grandes tribulations évoquées se situerait de part et d'autre de l'année 2065, point médian de l'actuel cycle du Soleil.

48. & ce quant au visible iugement celeste, que encores q nous soions au septiesme nôbre de mille qui paracheue le tout, nous approchât du huictiesme ou est le firmamêt de la huichesme sphere, q est en dimensiô latitudinaire: ou le grâd Dieu eternel viendra paracheuer la reuolution: ou les images celestes retournerôt à se mouuoir & le monument superieur qui nous rend la terre stable & ferme, non inclinabitur in sæculum sæculi: hors mis que son vouloir sera accôply, ce sera, mais nô point autremêt:

et ce, quant au jugement visible du ciel, qu'encore nous soyons au septième nombre de mille qui parachève le tout, nous approchant du huitième où est le firmament de la huitième sphère, qui est de très grande dimension, où le grand Dieu éternel viendra parachever la révolution, où les images célestes recommenceront leur cycle et le mouvement supérieur qui nous rend la terre stable et ferme, "ne sera pas éternellement incliné": sans que son désir soit accompli, ce sera, et non point autrement.

NOTE: Comme l'année 2065 de notre ère correspond à l'an 6157 du grand calendrier nostradamique (voir l'épilogue du présent ouvrage) et comme elle est la 157e de son septième millénaire, le début du huitième se manifestera en l'an 2908 de notre ère, soit à la fin du règne de Vénus de notre grand cycle temporel.

49. côbien que par ambigues opiniôs excedâts toutes raisons naturelles par songes Machometiqs, aussi aucune fois, Dieu le createur par les ministres de ses messagiers de feu en flâme missiue vient à proposer aux sens exterieurs, mesmement à noz yeulx les causes de future prediction significatnces du cas futur qui se doit à celuy qui presaige manifester.

combien que, par des opinions ambiguës excédant toutes les raisons naturelles, par songes divertissants; c'est pourquoi jamais Dieu le créateur, par l'entremise de ses messagers, par la flamme de feu envoyée, ne vient à proposer aux sens extérieurs, même à nos yeux, les prédictions qui s'adressent au futur et qui se manifestent à celui qui veut en témoigner.

NOTE: Une fois établies les grandes étapes temporelles de son oeuvre, Nostradamus préfère revenir aux considérations philosophiques en disant que les sens extérieurs de l'homme ne peuvent jouer de rôle significatif dans la prise de conscience du voyant parce qu'ils sont naturellement enclins à détourner le sens véritable du message prophétique.

50. Car le presaige gui se faict de la lumiere exterieure vient infailliblemêt à iuger partie auecqs & moyennant le lume exterieur: combien vrayemêt q la partie qui semble auoir par l'oeil de l'entêdemêt, ce q n'est pas la lesiô du sens imaginatif

Car le présage qui se fait à partir de la lumière extérieure vient infailliblement se combiner et comparer en partie avec la lumière intérieure du voyant, encore que ce que celui qui croit voir par les yeux ne soit qu'un effet de son imagination enflammée

NOTE: Seule la lumière intérieure donne à la prophétie la certitude qui la caractérise alors que la lumière extérieure ne fait que provoquer l'imagination de celui qui la reçoit.

51. Ia raison est par trop euidente, le tout estre predict par afflatiô de diuinité, & par le moyê de l'esprit angelique inspiré à l'hôme prophetisant rêdât ioinctes de vaticinatiôs le venant à illuminer luy esmouuât le deuat de la phâtasie par diuerses nocturnes aparitiôs que par diurne certitude prophetise par administratiô astronomicq coioincte de la sanctissime future prediction, ne côsiderât ailleurs q au couraige libre.

la raison est par trop évidente, le tout être prédit par le souffle divin et par l'intervention de l'esprit des anges, inspiré à l'homme qui prophétise, joint à la vaticination venant l'illuminer, l'émouvant autant par diverses apparitions nocturnes que par l'assurance du jour, par sa connaissance des astres, conjointe avec la sainteté de la vraie vision du futur, ne considérant rien d'autre que l'affirmation de soi.

NOTE: Tout comme Thomas d'Aquin, Nostradamus préconise l'absolue nécessité des anges dans la transmission de la Révélation. Il ajoute du reste que la lumière éclairant alors son esprit lui fait apparaître la vision des événements à venir que la connaissance de la science du mouvement des astres lui permet ensuite de fixer dans le temps.

52. Vient asture entendre mon filz q ie trouue par mes reuolutiôs q sont accordâtes à reuelée inspiratiô que le mortel glaiue s'aproche de nous maintenât, par peste, guerre plus hornble q à vie de trois hommes n'à esté, & famine lequel tombera en terre, & y retournera souuêt,

Viens à cette heure entendre, mon fils, ce que je découvre par mes calculs du mouvement des astres qui sont accordés à l'inspiration révélée, que le glaive mortel s'approche de nous maintenant, par peste, guerre plus horrible qui ne fut, par le fait de trois hommes, et famine laquelle viendra sur terre et y reviendra souvent,

NOTE: Le mage parle ici de trois guerres mondiales suscitées par autant d'individus et d'une quatrième encore plus dévastatrice. Or, les deux guerres mondiales du XXe siècle peuvent aisément s'imposer comme la première partie de cette prophétie, laissant ainsi entendre que deux des personnages visés pourraient correspondre à Guillaume II et à Adolf Hitler. Quant au troisième, il s'agirait peut-être du Chiren Selin de l'Islam, Iranien d'origine, que mettent en exergue un grand nombre de quatrains. Enfin, le quatrième semble référer au second Antichrist dont parle l'épître à Henry II.

53. car les Astres s'accordent à la reuolution: & aussi à dict. Visitabo in virga ferrea iniquitates eorum et in verberibus et percutiam eos:

car les Astres s'accordent à la révolution (translation) et aussi on dit: "Je réprimerai leurs iniquités avec une verge de fer et je les châtierai à coups de fouet."

NOTE: Référence au livre 1 des Rois (XII, 14): "...mon père vous a châtiés avec des fouets, et moi, je vous châtierai avec des fouets à pointe de fer."

54. car la misericorde du Seignr ne sera point dispergée vn temps, mon filz, que la pluspart de mes propheties serôt accomplies, & viendront estre par acôplissemêt reuolues

car la miséricorde du Seigneur ne se répandra plus pendant un certain temps, mon fils, que la plupart de mes prophéties seront accomplies et viendront à être révolues par leur accomplissement.

NOTE: Ce grand châtiment, également souligné par l'Apocalypse de Jean, ne correspondrait toutefois pas à la fin des Temps puisque Nostradamus utilise l'expression "pendant un certain temps".

55. Alors par plusieurs fois durât les sinistres tempestes, Conteram ergo, dira le Seignr, et confringam, & non miserebor:

Alors, plusieurs fois, durant les sinistres tempêtes, dira le Seigneur: "Je les foulerai aux pieds, je les briserai et je n'en aurai pas pitié."

NOTE: Tout comme le déluge universel où Noé et sa famille furent épargnés, quelques survivants devraient être en mesure de raconter un jour l'ampleur du cataclysme.

56. & mille autres aduentures, qui aduiendront par eaux & continuelles pluies comme plus à plain i'ay redigé par escript aux miennes autres propheties, qui sont côposées tout au lôg, in soluta oratione, limitant les lieux, temps, & le terme prefix que les humains apres venuz, verront cognoissants les aduêtures aduenues infailliblement

et mille autres aventures qui surviendront par eaux et pluies continuelles, comme en entier j'ai rédigé par écrit mes autres prophéties qui sont composées tout au long "en clair", délimitant les lieux, les temps et le terme fixé que les humains venus après verront, en pleine connaissance, les aventures infailliblement survenues

NOTE: En référant à ses autres textes en prose, Nostradamus fait sans doute allusion à l'épître consacrée à Henry II, intercalée entre sa septième et sa huitième Centurie.

57. côme auons noté par les autres parlât plus clairement, (nonobstant que soubs nuee seront comprises les intelligences: sed quando submouenda erit ignorentia, le cas sera plus esclaircy).

comme nous l'avons indiqué pour les autres exprimées plus clairement (quoique couvertes d'un nuage, seront comprises par les hommes intelligents: "mais quand viendra le temps où doit se dissiper l'ignorance", l'affaire deviendra claire).

NOTE: Nostradamus convient ici que son adresse à Henry II de France s'exprime plus clairement, mais il admet les nombreuses embûches qui y sont dressées.

58. (Faisant fin, mon fils, prens donc ce don de ton pere Michel Nostradamus, esperant toy declarer vne chacune Prophetie des quatrains cy mis) Priant au Dieu immortel qu'il te vueille prester vie longue, en bonne & prospere felicité.

(Pour conclure, mon fils, accepte ce don de ton père Michel de Nostredame, espérant te donner la portée de chacune des Prophéties des quatrains ici présentés) Priant le Dieu immortel qu'il te veuille prêter longue vie, en bonne et prospère félicité.

NOTE: Par ce souhait, Nostradamus espère que son fils spirituel saura, autant que lui profiter de ce don et perpétuer la tradition séculaire.

59. De Salon ce premier iour de Mars. 1555

De Salon, ce premier jour de mars 1555.

NOTE: De salon, premier jour de l'année 1555, selon l'ancien comput.